• Le Papillon et mèmère

     

    Ce sont ce que certains appellent des petits riens qui font mon bonheur, qui m'offrent de grandes joies, me font chaud au cœur et remplissent mes journées d'une immense gaîté.

    Voici ma petite histoire de ce qui m'est arrivé il y a quelques jours.

    ============================= 

    Dans la véranda mes yeux se sont posés sur ce beau Papillon un peu affolé. Je pense qu'il cherchait la sortie. Une fois posé sur la vitre opposée à la porte qui était ouverte, je me suis approchée très doucement en lui parlant là aussi,  doucement afin d'essayer de l'aider à sortir. Mais à la première approche hop, le voilà qui s'envole mais pas dans la bonne direction. 

    Je l'ai laissé un peu tranquille puis lorsque j'ai senti le moment venu,  je me suis approchée toujours tout doucement  en lui parlant.

    J'ai approché mon doigt le plus doucement possible vers ses pattes et de plus en plus doucement jusqu'à ce que je sois très très près des ces pattes tout en continuant de lui murmurer de gentils petits mots.

    Puis, plus que doucement, j'ai mis mon doigt  contre une de ses pattes. Quelques secondes après, il a commencé à mettre une patte sur mon doigt comme s'il testait puis les autres. Il est resté sur mon doigt. Je l'ai donc accompagné dehors. Mais à la sortie il s'est envolé sur le bord de la fenêtre juste à côté où nous étions dans un petit coin à côté d'une plante. 

    Je l'ai photographié et observé. J'avais l'impression qu'il était mal en point.

    Au bout d'un quelques minutes j'ai renouvelé l'expérience avec mon doigt, il a commencé à poser une patte sur mon doigt, puis une autre et s'est mis à avancer.  J'avais mon appareil photo à mon cou et j'ai bien essayé de faire une p'tite photo ; mais d'une seule main c'est bien évidemment mission impossible. Il restait et je lui parlais. Puis, j'ai dû faire un geste un peu trop brusque il s'est envolé. J'étais contente car il volait bien, il n'avait donc aucun souci. Je le suivais des yeux.

    Mais la fin de l'histoire ne s'arrête pas là. Et elle est encore plus belle. Croyez-moi ou pas, quelques minutes après, il est venu se poser sur mon épaule pour quelques secondes puis il est repartit.

    Un moment que je n'oublierai jamais.

     

     

     

    « Deux petites inconnuesMon bel ami protecteur »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 10 Septembre 2016 à 07:17

    je te crois 

    et c'est en effet une très belle expérience que tu vas garder dans ton coeur.

      • Samedi 10 Septembre 2016 à 08:50

        Bonjour pinson,

        Je pense souvent à lui et encore plus lorsqu'en mangeant, je les regarde voler.

        Bonne journée et bise à toi pinson. Il est l'heure d'aller chercher mes fruits et légumes au camion.

    2
    Samedi 10 Septembre 2016 à 08:52

    On dit des animaux qu' ils ressentent les émotions humaines, et un papillon capable de sentir  des phéromones à des kilomètres doit bien ressentir ce que tu lui voulais !

     Ils ne vivent pas très longtemps les papillons, mais certains  hibernent, et donc recherchent des endroits abrités.

     Merci pour tes jolies photos.

     Passe une bonne fin de semaine

     Amitié

     

      • Samedi 10 Septembre 2016 à 16:01

        Bonjour trublion,

        C'était .... et hier, j'ai terminé de ranger mon bois avec un p'tit rouge-gorge à quelques pas de moi. Dans les débris, il devait bien trouver de quoi se nourrir. C'est un bonheur Dame Nature.

        Bon après-midi.

        Amitié.

    3
    Samedi 10 Septembre 2016 à 09:25

    oui parfois la nature, Dieu?, une âme amie nous font un signe

    dominique

      • Samedi 10 Septembre 2016 à 16:28

        Bonjour papydom,

        J'ai ressentit cette sensation un jour, où dans le pré je passais le tracteur. J'ai aperçu à l'autre bout du pré un corbeau (J'adore cet oiseau, il est mon préféré). Je me suis même arrêtée pour le regarder et me demandais ce qu'il faisait là. Puis j'ai redémarré le tracteur et continué. Je me suis dit qu'en arrivant à sa hauteur il allait s'envoler et bien non, il a sautillé pour se décaler et il est resté là dans le pré tout le temps que j'y œuvre et toujours  tourné vers moi. J'ai eu du mal à partir lorsque j'aie eu terminé. Je suis rentrée et comme ça m'intriguait, j'y suis retournée. J'étais triste de voir qu'il n'était plus là. J'y suis retournée pendant plusieurs jours mais, non il n'était pas là. Depuis le début, j'ai eu cette sensation que ce n'était pas un corbeau comme les autres. Oh! Tu vas certainement te moquer de moi mais je t'assure que c'est vrai. D'ailleurs, je ne l'ai pas oublié, j'y pense souvent et encore plus lorsque je vais dans le pré.

        J'avoue que j'ai mis beaucoup plus de temps à faire mon ouvrage ce jour-là car mes yeux étaient plus posé sur lui que sur ce que je devais faire.

        Bon après-midi papydom.

    4
    Samedi 10 Septembre 2016 à 09:41

    C'est magnifiquement joli ton histoire !!

    Je te souhaite un bon samedi- dimanche.

      • Samedi 10 Septembre 2016 à 16:34

        N'est-ce pas et elle est vraie.

        Bon après-midi cerdan. Merci du samedi-dimanche mais tu vois j'avais déjà oublié que l'on était samedi. Comme je me fiche du jour et de l'heure, ça j'oublie mais volontairement.

    5
    Samedi 10 Septembre 2016 à 09:42

    Une belle histoire... Il a dit "Au revoir" ...

    Bonne journée Mari jo

    Michel

      • Samedi 10 Septembre 2016 à 16:36

        Peut-être ou merci. Il était peut-être épuisé à chercher la sortie. Mais si eux nous comprennent nous...

        Bon après-midi à vous Michel.

    6
    Samedi 10 Septembre 2016 à 11:06

    bonjour Marie Jo , oui une histoire touchante que tu n'es pas près d'oublier !!!   les papillons sont si beaux et gentils !  ils se posent sur toi et voilà  le bonheur ! on a eu cette chance un jour  on s'en souvient encore !  merci du partage  gros bisous  beau weekend  a+   

      • Samedi 10 Septembre 2016 à 16:42

        Bonjour bebert,

        Pour sûr que ça ne s'oublie pas. C'est la seconde fois qu'un Papillon se pose sur mon épaule. La première fois c'est en faisant mes photographies dans un champs. Il y avait deux Papillons sur la même fleurs. Je n'ai pas pensé à installer mon appareil, je les regardais. C'était beau à voir et puis par quelle.... (je ne trouve pas le mot) l'un des deux est venu sur poser sur mon épaule. Ce sont des moments que je n'oublie pas.

        Un très bon après-midi à vous deux. Bisous.

    7
    Samedi 10 Septembre 2016 à 17:54
    nays&

    oh que oui de jolies histoires qu'on oublie pas...il ne s'est pas mis sur mon épaule mais j'ai eu la même aventure que toi

    http://nays.skynetblogs.be/archive/2013/08/02/un-visiteur-7886017.html

    bisous et aux 4 pattes ♥♥

      • Samedi 10 Septembre 2016 à 19:26

        Bonsoir nays&,

        Je suis allée sur ton lien. C'est magnifique. Tu vois moi, il est venu sur mon épaule et toi tu avais ton mari pour photographier. Moi, toute seule, j'ai bien essayé lorsqu'il était sur mon doigt mais comme je l' écrivais c'est mission impossible mais bon, j'ai de belles images et histoires dans ma tête.

        On est bien avec nos p'tites bêbêtes n'est-ce pas ? c'est le bonheur.  J'adore ces petites aventures.

        Bisous et bonne soirée. Caresses à Tom le Bienheureux.

    8
    Danielle
    Dimanche 11 Septembre 2016 à 10:23

    Que c'est joli, un de ces souvenirs que l'on n'oublie jamais et qui nous laisse une petite lumière intérieure, c'est si délicat et si fragile un papillon. Il est venu te remercier de l'avoir respecté et aidé. Une belle histoire pleine d'émotion. Ca nous est arrivé avec des oiseaux sauvages blessés, soignés avec tendresse puis relâchés, rendus à la nature et là... surprise, au lieu de s'enfuir le retour de l'oiseau comme un ultime remerciement et puis l'envol définitif. Crois-moi, c'est émouvant et troublant ! Très bon dimanche. Danielle

      • Dimanche 11 Septembre 2016 à 15:05

        Bonjour Danielle,

        Un instant où plus rien de ce qui nous entoure existe; un instant merveilleux. 

        Avec des oiseaux, vous en avez donc soigné plusieurs. Je me doute bien que c'est émouvant. J'ai bien vu avec mon p'tit Papillon, nous avons eu aussi une p'tite chenille trouvée en plein hiver et il faisait froid,  une petite boule noire dans la neige c'était un petit chat de deux mois et plein d'autres petites histoires qui restent gravées. Et puis, c'est tellement un plaisir de les voir guéris. 

        Bon après-midi Danielle. 

    9
    Dimanche 11 Septembre 2016 à 11:01

    Belle histoire. C'est un petit bonheur dont tu as su profiter, bravo pour ce récit.

      • Dimanche 11 Septembre 2016 à 15:08

        Il faut toujours profiter des instants merveilleux que la vie nous offre.

        Bon après-midi. Merci d'être venue.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    10
    Danielle
    Dimanche 11 Septembre 2016 à 16:10

    Soigné plusieurs oiseaux, oh Mari Jo... aux alentours de 400 et plus en une vingtaine d'années, des rapaces surtout, grands-ducs, moyens-ducs, buses, chouettes hulottes et chouettes effraies (mes préférées si douces, si belles) aigles royaux et circaètes, faucons, éperviers, flamants roses, hérons, aigrettes et toutes sortes de canards, de gibier d'eau, des échasses, avocettes, cigognes etc... et surtout beaucoup de pingouins (ne pas confondre surtout avec le manchot), pauvres oiseaux mazoutés dont il fallait traiter les plumes une à une (le bonheur d'en relâcher environ 80%)... quand on y pense ça parait incroyable et c'est pourtant vrai, et je ne parle pas des perdrix, merles, pies, corneilles... merveilleux souvenirs et énormément de sacrifices et de volonté acharnée. Quelle émotion lorsqu'ils pouvaient réintégrer leur milieu naturel... ça nous payait d'un dévouement de chaque instant, de tous les sacrifices nécessaires... bref, c'est un choix volontaire mais jamais regretté !!! Bonne soirée Mari jo, que de souvenirs me reviennent en mémoire... Danielle

      • Dimanche 11 Septembre 2016 à 18:45

        Ah oui "plusieurs" est bien faible vu le nombre que vous avez sauvé. J'aurai aimé être dans le monde des rapaces. Je vénère cette race d'oiseaux. Les oiseaux mazoutés : une sale période pour eux.

        Mais je te crois et ça ne me parait pas du tout incroyable. Je comprends ton émotion lorsqu'ils repartaient dans le milieu mais je ne la ressens pas ce qui est tout à fait différent. J'ai vu des émissions à la télévision, où des personnes soignaient les animaux malades, blessés et ils pleuraient tant l'émotion était forte lorsqu'ils les ramenaient dans leur milieu (je pleurais aussi derrière mon poste de télé). C'est un beau moment mais il est vrai que les personnes qui, comme toi, sont vraiment de la partie les émotions sont toutes autres. Vous les vivez. Ils pleuraient aussi lorsqu'un d'eux mouraient. J'ai encore des images qui arrivent dans ma tête.

        Il aurait été bien dommage de regretter ton choix. Je ne crois pas que l'on puisse avoir des regrets sur ce choix.

        Alors ma petite aventure avec mon joli Papillon, je ne vais pas dire que je peux aller me rhabiller comme l'on dit, mais elle est minuscule mais bien jolie quand même.

        J'entends l'orage qui arrive. Va-t-il rester ou seulement passer. J'aimerai bien qu'il reste un peu.

        Très bonne soirée Danielle.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :